Linkedin
Facebook
Contactez-nous

Les nouveaux enjeux du Display programmatique

Le label Digital Ad Trust

Garantir aux annonceurs une qualité de diffusion

Digital Ad Trust est une initiative des professionnels de l’édition de sites internet et de la communication. Notamment le SRI (régies publicitaires), l’UDECAM (les agences), le GESTE (les éditeurs), l’UDA (les annonceurs), l’ARPP (régulation de la publicité) et l’IAB (publicité en ligne).

Les sites qui s’engagent à respecter des pratiques publicitaires responsables, à travers les 5 objectifs-clés suivants, obtiennent ce label :

Garantir la brand safety : assurer aux marques la sécurité des environnements dans lesquels elles apparaissent.
Optimiser la visibilité de la publicité en ligne.
Lutter contre la fraude.
Améliorer l’expérience utilisateur (UX), et maîtriser le nombre d’objets publicitaires par page.
Mieux informer les internautes en matière de protection des données personnelles.

Ce sont l’ACPM et le CESP, « tiers labellisateur », qui opèrent les contrôles nécessaires sur les sites web (desktop et mobile, hors univers applicatif) qui en ont fait la demande. Le label est attribué pour une durée de 12 mois  à compter de la date de  l’obtention du label. Ces contrôles reposent sur des mesures indépendantes émanant de tiers, d’outils externes ainsi que d’audits in situ in vivo.

Le Trading Desk de l’Agence Eliette s’est engagé depuis plusieurs années dans cette voie en travaillant avec IAS un des outils mesureurs référent sur le marché. 

Garantir un environnement sans danger pour votre image de marque

La Brand Safety c’est l’opportunité de diffuser des publicités dans un environnement digital dont le contenu s’adapte à l’image de la marque, à ses valeurs et à son message. Les pages web brand-safe ont davantage de chances d’aider la marque à toucher et à influencer positivement les consommateurs. Mais aussi de déclencher une action de leur part.

Qu’est-ce qu’un contexte inapproprié pour une marque ? 

Les contextes inappropriés (ou brand risks) désignent les pages web présentant un contenu préjudiciable à l’image d’une marque et à sa réputation. Cela peut avoir d’importantes conséquences. Par exemple une image de marque dépréciée voire un boycott de la marque par les consommateurs. On peut même accuser une marque de participer involontairement au financement d’activités et d’organisations illégales. Notamment lorsque ses publicités sont affichées à côté de contenus controversés (fake news, vidéo djihadistes…).

 

 

 

En tant que marque, je préfère de loin payer un peu plus cher et être affichée sur des sites vérifiés et brand safe. 

– Raja Rajamannar, CMO Mastercard

C’est ce qui vient d’arriver à Décathlon ou encore L’Oréal. Ils se sont retrouvés sur des sites de désinformation sur le réchauffement climatique, sur Youtube.  Non seulement, ces annonceurs figurent dans un environnement contraire à tout ce que véhicule leur marque, mais ils participent au financement des organismes de désinformation.

Photo by Ivana Cajina on Unsplash